La télé-ophtalmologie à l’épreuve du RAFT

Dans sa quête habituelle de solutions efficaces et efficientes pour résoudre les problèmes de santé auxquels font face les populations et les systèmes de santé des pays membres du réseau, le RAFT par les Drs Yannick Kamga et Georges Bediang ont conduit une étude de faisabilité de la télé-opthtalmologie. Cette étude visait évaluer la pertinence de l’intégration des activités de télé-opthalmologie (utilisation des ophtalmoscopes numériques et portables pour réaliser des fonds d’œil et discuter des cas cliniques difficiles via la plateforme de télé-expertise Bogou) dans les soins de santé primaires délivrés dans deux Hôpitaux de Districts pilotes (Ngoumou et Mbouda). Ces deux hôpitaux abritent déjà les projets de télé-échographie et de télé-cardiologie respectivement.

Opthalmoscope numérique
Opthalmoscope numérique

Réalisation d'un examen de fond d'oeil
Réalisation d'un examen de fond d'oeil

Fond d'oeil: image de la rétine
Fond d'oeil: image de la rétine

En discutant avec les différents professionnels au travers de focus groups et malgré quelques réticences observées au départ par certains professionnels, il est apparu pertinent que ces activités soient intégrées aux soins de santé primaires. Les différentes raisons évoquées par les participants étaient : le manque de spécialistes en ophtalmologie dans les centres de santé périphériques, l’amélioration de l’attractivité de ces centres périphériques et de la visibilité des hôpitaux de référence, la possibilité d’avoir des discussions entre ophtalmologues et de faire la recherche car les images sont archivées (les rétinoscopes classiques ne stockent pas d’image, l’interprétation est donc opérateur dépendant).

Focus group avec des ophtalmologues de l'Hôpital Central de Yaoundé
Focus group avec des ophtalmologues de l'Hôpital Central de Yaoundé

Suite à cet accueil favorable, des stratégies sont en train d’être mises en place pour favoriser l’implémentation de ce projet. Les enjeux principaux qui y sont liés sont : le leadership,  l’organisation de l’activité de télé-ophtalmologie et son intégration au sein des activités de routine dans les différentes structures de santé (hôpitaux périphériques et de référence), l’implémentation d’un business modèle, l’acquisition de connexions Internet, la formation des opérateurs au niveau périphérique, et enfin, l’évaluation du projet à termes.

En espérant une collaboration effective des différents acteurs interviewés, le souhait est de voir cette nouvelle activité prendre corps et ainsi contribuer à une meilleure santé de nos populations.

One thought on “La télé-ophtalmologie à l’épreuve du RAFT

Laisser un commentaire