La m-santé tiendra-t-elle ses promesses en Afrique ?

Telle est la question posée par le journaliste Fanny REY, de Jeune Afrique, hier. Certes, l’Afrique concentre le plus de projets de m-santé au monde, mais selon l’article, il existe un défaut de modèle économique qui se heurte au problème de financement. Des projets par ci, d’autres par là sans concertation, chacun faisant son bonhomme de chemin. Il urge de nos jours de constituer des équipes, des réseaux d’échanges à l’image de notre communauté UNFM-RAFT. Quand le personnel existe, c’est la technicité qui fait défaut et si les deux existent, le mouvement est buté à un problème organisationnel humain. Les différents projets pilotes doivent s’appuyer sur des décisions politiques des états pour mieux émerger. Ce point de vue est conforté par la vice présidente de l’Université Numérique Francophone Mondiale (UNFM), Line KLEINEBREIL, qui fait comprendre que "L'idée est d'inciter les États à recourir aux technologies mobiles pour récolter des données sur l'état sanitaire de la population".

L’expérience du programme de formation continue e-diabète est largement commentée. En collaboration avec le RAFT, elle se résume en ces ligne : "En cinq ans, le partenariat UNFM-RAFT a acquis une vraie notoriété. Chaque mois, 1 500 à 2 000 professionnels y assistent et obtiennent une attestation. Et ils sont de plus en plus nombreux à se reconnecter après la session collective. "

Pour plus d’informations, lire l’article accessible http://economie.jeuneafrique.com/23791-la-m-sante-tiendra-t-elle-ses-promesses-en-afrique-.html

Laisser un commentaire