Simon SANOU

Toutes mes réponses sur les forums

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)
  • Auteur
    Articles
  • Simon SANOU
    Participant

    Bonjour MNIANG
    Je pense que tu as mis le doigt sur les vrais difficultés
    1- le temps et l’heure programmée sont des éléments non négligeable dans notre expérience.
    2- la disponibilité et la stabilité d’une connexion internet malgré tous les efforts ont contribué à miner le moral des participants et de certains orateurs

    Nous nous envisageons d’impliquer les ordres professionnels pour qu’ils rendent obligatoire la FMC
    Ensuite nous leur proposerons de reconnaitre les Cours RAFT
    Mais en attendant nous notre grand défi c’est internet

    Simon SANOU
    Participant

    Par ailleurs on peut également délivré des attestation de formation continue pour ceux qui suivent les e-cours

    Simon SANOU
    Participant

    Bonjour Cob
    Ok pour cette information, on pourra toujours courir pour la signature
    Suis parfaitement partant pour le partage d’expérience et d’expertise.
    Je vous tiendrai au courant des évolution chez nous aussi
    Malheureusement beaucoup d’interventions ont été comme tu le dis du fait des charlatans (dossier patient, système de gestion RH,…)
    Présentement nous voulons mettre en place une notification par SMS des décès maternels et des produits de la santé de la reproduction.
    Je pensais à FrontlineSMS et DHIS2 j’essaierai de plaider pour une expertise du Mali.

    Simon SANOU
    Participant

    Bonjour Tous,
    J’adhère aux proposition du Dr COB.
    1. Personnellement j’ai découvert inopinément le nouveau site en voulant préparer des slides pour faire la promotion du RAFT et de ces outils « alors je tape raft.hcuge.ch et je tombe sur la nouvelle mouture du site. Je pense qu’il a manqué un peu de communication autour de ce site et des objectifs.
    Par ailleurs j’ai eu du mal à m’y inscrire et m’étais découragé car au bout de trois tentatives infructueuses (avec les conditions de connexion à Ouagadougou). Mon formulaire ne passais pas surtout à cause du format du Numéro de téléphone. Je me dis que tout autre professionnel de santé (sans être un coordinateur) se découragerai.
    2. Le peu de recours aux outils du RAFT chez nous s’explique surtout pour la difficulté d’accès à internet au lieu de travail surtout dans nos structures sanitaires où le besoin se fait sentir. Depuis la rencontre de N’Krindjabou j’ai identifié des points focaux de télésanté dans les structures devant bénéficié de connexion satellitaire, cependant ce n’est que ce mois de juin que ces antennes ont été effectivement installées. Pire dans les tractation finalement le département de souveraineté financière a opté pour des antennes dont le débit montant maximum est de 200kbs (Terminal MDM2200 1.2m/0.8w) ne supportant que deux à trois poste connecté dans des centres hospitaliers régionaux, écartant nos centre médicaux (CMA) où le vrai besoin en soutien existe.
    Je prévoie une sortie d’échanges et d’initiation aux outils du RAFT dans les centres concernés avec une inscription des professionnels sur les plate-formes cependant le problème d’accessibilité individuelle persistera.
    3. Par ailleurs il faut reconnaître parfois que le travail pour les Coordinateurs n’est pas souvent aisé du fait de l’indisponibilité des points focaux qui doivent approuver tout ce qui se fait ou toute initiative. L’approche personnelle (qui est parfois meilleure du moins dans mon cas) pour la contribution des professionnels dans les activités est souvent mise à mal. Certains partenaires qui accompagnent les activités pays sont contraints de se retirer du fait de l’indisponibilité et du peu d’engagement dans les activités.
    Exemple : SANOFI qui finançait la connexion de YALGADO se retire pour insuffisance de résultats (raisons évoquées ci-dessus). Du coup je jongle avec une connexion instable de l’administration ou d’une clé de connexion et parfois la connexion à domicile de l’orateur…

    4- le 2ème point de COB : « Un espace d’informations et ou de veille pour toute la communauté RAFT par rapport aux activités des équipes locales qui ne sont pas forcement connues par tous, par exemple : l’existence et le développement en cours d’un système de gestion des centres de santé communautaires et des Hôpitaux au Mali; les développements actuels du « Mobile Health » et les intentions d’utilisation de ces outils par d’autres pays du RAFT. » me paraît si important car beaucoup d’initiatives sont en cours dans ce sens au Burkina mais qui risquent d’être du saupoudrage car il n’y a pas de partage d’expérience ni de mise à profit des expériences et de la compétence des autres pays.
    5- Il faudrait que des mesures incitatives soient mise en place pour encourager les professionnels qui participeront aux activités du RAFT. Pour ce faire je propose que la coordination du RAFT indépendamment des pays institue une attestation ou certificat ou… pour récompenser les acteurs. ET qu’un document officiel du RAFT ou une publication le souligne.
    Dans cette dynamique le Prof ne pourrait-il pas mettre en place une attestation électronique qui sera automatique disponible après les cours des orateurs? certains mettent tellement de temps pour avoir leur document et rechignent souvent à continuer dans l’aventure.
    6- L’évolution dépendra à mon sens du retour de l’utilisation de l’existant.

4 sujets de 1 à 4 (sur un total de 4)