3ème Conférence de l’Observatoire de la E-Santé dans les pays du Sud (ODESS 2018)

Le 02 juillet 2018 s'est tenue la 3ème Conférence annuelle de l'Observatoire de la E-Santé dans les pays du Sud (ODESS) au siège de la Fondation Pierre Fabre, près de Toulouse.

Cette conférence, intégralement diffusée en live-streaming sur le site odess.io, a été suivie dans plusieurs campus numériques de l'Agence Universitaire de la Francophonie à travers le monde.

 

Le Mali a activement participé à cet évènement à travers un site de réception à la Faculté de Médecine et d'Odonto Stomatologie (FMOS) grâce au soutien technique du Centre d'Expertise et de Recherche en Télémédecine et E-Santé (CERTES - Mali) .

Bamako a réagi en direct avec les mots du Doyen de la FMOS et les contributions et questions de certains étudiants de ladite faculté en présence du chargé de projets santé de la Fondation Pierre Fabre au Mali et des représentants de la France au Mali, de la Croix Rouge malienne et de Médecins Sans Frontières.

Au cours de cette conférence, le Pr Cheick Oumar Bagayoko de la FMOS et membre du comité d'experts de l'ODESS a annoncé la création d'un DIU en E-Santé en Afrique de l'Ouest. Ce DIU regroupe 03 universités (Bamako, Dakar et Abdjan).

Ce rendez-vous annuel des acteurs de la e-santé a réuni experts internationaux et partenaires potentiels. Les lauréats y ont présenté leurs initiatives et cette année 06 projets jugés les plus pertinents par le comité d'experts de l'ODESS ont reçu des prix.

Créé à l'initiative de la Fondation Pierre Fabre, l'Observatoire a pour mission d’identifier, de documenter, de promouvoir, et d’aider à développer les initiatives e-santé qui améliorent l'accès aux soins et aux médicaments de qualité pour les populations les plus défavorisées dans les pays à ressources limitées. Il se positionne comme un référent et une passerelle pour le développement de la e-santé dans les pays du Sud.

 

Le Centre de Soins Intégrés de FACHI une commune rurale dans le désert du Ténéré connecté au RAFT/UNFM

Monsieur Kolomi Mallam, infirmier responsable du Centre de Soins Intégrés (CSI) de Fachi, une commune rurale au cœur du désert nigérien le Ténéré à 2000 Km de Niamey est le premier Agent de Santé de Base au Niger à bénéficier d’une formation du RAFT/UNFM/ NIGER lui permettant d’accéder désormais aux ressources de téléformation en santé disponible sur le site du RAFT/UNFM.

En effet, dans le cadre du projet « Village Intelligent » mis en œuvre par l’Agence Nationale de la Société d’Information (ANSI) pour permettre le désenclavement numérique des villages du Niger, la commune rurale de Fachi qui ne disposait d’aucun réseau de téléphonie mobile encore moins de connexion Internet est désormais désenclavée numériquement depuis le 29 juin 2018 par l’installation du réseau national de téléphonie mobile Niger-Télécoms et d’une VSAT Inmarsat fournissant une connexion Internet de 14 Méga partagée par wifi en boucle radio sur trois (3) sites du village à savoir le CSI pour les activités de télésanté, la principale école primaire dénommée Ecole Chaibou Oumarou  pour les activités de elearning sur tablettes connectées et les services de la mairie pour les activités de e-gouvernement.

Ainsi, grâce au kit de télésanté fourni par l’ANSI constitué d’un ordinateur portable et de ses accessoires, l’infirmier responsable du CSI va pouvoir régulièrement se connecter au niveau de son centre pour suivre en direct les cours donnés à distance et consulter la bibliothèque numérique de plus de 500 cours archivés sur la prise en charge de plusieurs pathologies.

Villages Intelligents ”, une première, est un programme qui constituera le socle de la stratégie visant à faire des TICs un véritable outil “ transversal” de développement, un outil additionnel d’unité nationale, de communication pour la paix, de décentralisation, de démocratisation et de responsabilisation.

Villages Intelligents ”, consiste à désenclaver numériquement environs 15 000 villages administratifs du Niger afin d’accélérer et de faciliter la connexion des plus de 5% de la population.

 

Axes prioritaires du programme  “ Villages Intelligents ” :

eSanté : formation et consultation à distance, dossier médical électronique, prévention, imagerie médicale partagée, système national d’information sanitaire,

eEducation : eLearning, MOOC, espace numérique de travail, formation professionnelle et technique, renforcement de capacité, alphabétisation…

eAgro-Silvopastoralet Halieutique : plateforme support aux paysans,Tele-irrigation, monitoring des animaux et cultures, maison des paysans, cartographie, support marchés bétails, agricole, bois…

eGouvernement : état civil, mairie, identification…

eBanking/eFinance/eCommerce : payements électroniques (salaires, taxes, impôts, taxes..), vulgarisationm-paiement, promotion tourisme, culture,…

 

Le village de Fachi étant le premier site pilote de ce programme nous pouvons donc dire bon vent à ce programme.

   Hountondji Philippe Roger

                                                  Coordonnateur Médical RAFT/UNFM/NIGER

FMC : les conclusions du rapport d’étude « I-joyorofa »

L’objectif de ce projet était de mettre en évidence les barrières et les potentiels du
programme de Formation Médicale Continue (FMC) du RAFT et d'expérimenter le modèle
thématique de diffusion des cours suivant les besoins et recommandations des utilisateurs,
c'est à dire les SMART-Formation.

Trois pays du RAFT (Mali, Côte d'Ivoire et Madagascar) ont participé à cette étude.

Retrouvez à partir du lien suivant le rapport final du projet I joyorofa.

Le RAFT à l’honneur de la 2ème Edition de l’ODESS

Le Pr Cheick Oumar BAGAYOKO, Coordinateur du RAFT a eu l'honneur de prononcer le discours de clôture de la deuxième édition de l'Observatoire de la E-Santé dans les pays du Sud (ODESS) lors d'une conférence internationale, tenue le 03 juillet 2017 au siège de la Fondation Pierre Fabre à En Doyse (France).  

Cette conférence a été organisée par la Fondation Pierre Fabre en partenariat avec l'Agence Française de Développement, l'Agence Universitaire de la Francophonie, ainsi que la Fondation de l'Avenir.

 Au cours de cette journée diffusée en live-streaming sur Internet et suivie dans plusieurs campus numériques à travers le monde, des analyses d’experts internationaux ont croisé les témoignages des porteurs d’initiatives les plus pertinentes qui ont présenté leurs solutions. Une occasion unique de rencontrer les leaders de demain qui transforment déjà l’accès aux soins en Afrique et en Asie. Comme l’année dernière, les prix de l’Observatoire ont été remis aux réalisations les plus prometteuses parmi les projets référencés et documentés sur le site www.odess.io.

Cette année neuf projets de sept pays jugés les plus pertinents par le comité d’experts de l’ODESS ont reçu des prix à savoir :

Khushi Baby de l' Inde, Safe Delivery App de l'Ethiopie, Community Telehealth du Népal, HOPE du Sénégal, mMOM Thai Nguyen du Vietnam, Peek Vision de Botswana-Kenya, Karangué du Sénégal, MIRA Channel de l'Inde-Ouganda-Afghanistan, Amakomaya du Népal.

Depuis son lancement en juillet 2016, l'Observatoire De la E-Santé dans les pays du Sud a pour missions d’identifier, de documenter, de promouvoir, et d’aider à développer les initiatives e-santé qui améliorent l'accès aux soins et aux médicaments de qualité pour les populations les plus défavorisées dans les pays à ressources limitées. Il se positionne comme un référent et une passerelle pour le développement de la e-santé dans les pays du Sud.

La conférence compte de nombreuses institutions intervenantes : l'Agence Française de Développement, l'Organisation Mondiale de la Santé, l'ONG eHealth Africa, le Ministère de la Santé du Rwanda, le Centre National d'Appui à la lutte contre la Maladie de Bamako au Mali, de l'Agence des États-Unis pour le Développement International, ainsi que le Réseau en Afrique Francophone pour la Télémédecine.

De très nombreux projets dans des domaines d’applications divers ont déjà vu le jour. Mais la majorité d’entre eux sont des projets pilotes et le passage à l’échelle reste rare. Il y a un manque réel de visibilité des acteurs. Pour y remédier, une approche pertinente consiste donc à d’abord collecter et analyser les expériences réussies pour ensuite développer sur une plus grande échelle celles qui ont le plus de potentiel. D’où l’intérêt de créer un Observatoire de la e-santé dans les pays du Sud !

C'est dans ce cadre que le projet TELEDERMALI qui est la parfaite illustration de l’apport du numérique pour l’accès aux soins dirigé par le Pr Ousmane Faye avec l’appui financier de la fondation pierre Fabre et l'accompagnement technique de CERTES MALI à travers la plate-forme Bogou a fait l'objet d'une présentation au cours de cette conférence.

LA TELEMEDECINE AU SERVICE DES ENFANTS MALADES DU CŒUR AU MALI

Depuis février 2016, un programme de télé-expertise a été mis en place entre les cardiologues du Centre Hospitalier Mère-Enfant "Le Luxembourg" de Bamako et  les cardio-pédiatres français.  Les consultations et l'interprétation des échographie à distance sont réalisées au cours de chaque scéance.

Grâce à ce système, les experts offrent un second avis sur le diagnostic posé par leurs confrères. Les enfants sont ainsi examinés et diagnostiqués et le personnel médical local est ainsi formé.

De février à juillet 2016 une quarantaine (40) d'enfants maliens ont bénéficié de cette activité. Au cours de ces séances les cardiologues maliens discutent avec leurs homologues français et décident ensemble des cas et des techniques opératoires pour chaque enfant.

Ce programme est soutenu par la Chaîne de l'Espoir, une association française d'aide aux enfants démunis.

Il faut noter l'importance de cette télé-expertise dans un pays comme le Mali où à ce jour, il n’existe pas de chirurgie cardiaque alors que la liste d’attente des enfants atteints de cardiopathies ne cesse d’augmenter (environ 2000).

tof1 tof2 tof3

L’étude des barrières et potentiels des activités de FMC et Télé-expertise du RAFT : point de vue des utilisateurs !!!

La formation médicale continue (avec Dudal) et la télé-expertise médicale (avec Bogou) sont des activités phares du RAFT depuis une décennie. Mais ces dernières années, nous avons constaté que les potentialités de ces outils ne sont pas pleinement utilisées. C'est dans ce contexte qu'une étude a été menée pour comprendre les barrières et potentiels de ces activités. Dans la vidéo ci-jointe, vous trouverez les opinions des principaux acteurs (organisateurs, enseignants et bénéficiaires).

Suivre le reportage sur YouTube.

Le RAFT-Mali accompagne la Fondation TdH pour la mise en place du REC dans le District sanitaire de Macina au Mali

Le RAFT-Mali a participé au côté de la Fondation Terre des Hommes, les 22 et 23 janvier 2016 à la formation des agents de terrains de 20 centres de santé communautaire (CSCom) dans le District Sanitaire de Macina (Région de Ségou) sur l'utilisation du Registre Electronique de Consultation (REC). Il s'agit d'une application d'aide à la consultation des maladies de la petite enfance, qui accélère les consultations, favorise des diagnostiques pertinents et encourage les ordonnances rationnelles. Le REC un logiciel installé sur des ordinateurs portables, permet de respecter en toute situation les directives génériques, telles que développées par l’OMS. Simple d’utilisation, il permet de constituer un dossier médical pour chaque enfant et guide l’agent pas-à-pas dans la pose du diagnostic et du traitement.

Pour rappel depuis 2011, le REC est utilisé au Burkina Faso qui vient de passer à la version tablette de l'application.

?

Session de formation pratique

?

Photo de famille

 

Démarrage des e-cours dans le cadre du programme « Ijoyorofa »

Après deux sessions de formation des participants à l'utilisation de la plateforme de télé-enseignement "dudal", le programme "Ijoyorofa" a effectivement démarré le vendredi 11 septembre 2015 à 14H TU. Le thème du jour était "la fièvre de la femme enceinte" et dispensé par le Professeur AG. Bohousou Eric, de la Côte d'Ivoire.

Pour ce premier cours du programme, le Mali a enregistré 5 sites connectés dont 4 à l'intérieur. Le site de Bamako a enregistré 19 participants qui ont activement participé au cours.

Pour rappel "Ijoyorofa" est une étude intitulée : "La formation médicale continue à distance dans le cadre du RAFT : barrières, potentiels et recommandations". Elle est actuellement conduite dans 3 pays membres du RAFT à savoir : la Côte d'Ivoire, le Madagascar et le Mali. "Ijoyorofa" couvre 3 domaines prioritaires : la santé de la mère et l'enfant, les urgences médico-chirurgicales et les maladies cardiovasculaires et chroniques.

Téléconsultation du RAFT : Quand l’histoire de Fanta témoigne de l’efficacité de cet outil pour le suivi médical

Nous étions en 2002 avec une absence totale de neurochirurgien au Mali, Fanta Camara, née hydrocéphale,  a eu la chance d'être opérée en Suisse en 2001. Et depuis, elle est suivit régulièrement à distance via la téléconsultation. Elle vient aujourd'hui encore de bénéficier des conseils des spécialistes Suisses qui lui ont pris en charge pour des céphalées constantes via la téléconsultation. Son état a ainsi été évalué hier par une équipe pluridisciplinaire et son évolution jugée assez favorable selon les experts.

Revenons en 2003, où son père s’exprimait ainsi : «Elle va certainement au devant de grandes difficultés. Mais elle est très intelligente et, comme tous les enfants, elle mérite d’avoir les meilleures chances dans la vie.». Le temps et les outils de Télémédecine ont donné raison à Monsieur Camara.

En effet,  Fanta vient de valider avec brio son Diplôme d'Etude Fondamentale (DEF) qui va ainsi l'ouvrir les portes d'une formation professionnelle. Selon Fanta son choix est fait, il s'agit de l'informatique comme pour dire qu'elle croit au miracle des TIC.

Fanta en 2003
Fanta en 2003
Téléconsultation du  jour
Téléconsultation du mercredi 22 juillet 2015
Fanta juillet 2015
Fanta,  mercredi 22 juillet 2015

L’E-médecine, antidote à la pénurie médicale ?

Interview du Docteur Pierre Philip, concepteur d’un médecin virtuel capable d’interagir avec les patients pour diagnostiquer les problèmes de somnolence. Il explique l’intérêt de ces nouveaux agents animés pour la médecine et la santé publique. Cliquez ici