Evaluation de la télécardiologie (Télé-ECG) au Cameroun (vidéo)

Dans le cadre de ses activités de développement de la télémédecine en Afrique, Le RAFT par l'entremise de sa représentation camerounaise a mis en oeuvre un projet d’implémentation et d’évaluation de la télécardiologie (télé-ECG) à l’Hôpital de District de Mbouda au Cameroun.
L'’objectif général de ce projet est de démontrer la faisabilité de la télécardiologie eu Cameroun et d’évaluer son efficacité et son efficience dans la prise en charge des risques et des maladies cardiovasculaires en soins de santé primaire au Cameroun.
Ce projet qui est déployé depuis 2015 (2 ans) augure des résultats prometteurs pour l'amélioration des processus cliniques des professionnels de la santé situés en périphérie ainsi que pour les outcomes cliniques et la satisfaction des patients.

Le documentaire (vidéo) ci-contre illustre quelques enjeux du projet dans le contexte camerounais.

Le métier de Médecin Informaticien: explications du Dr Georges Bediang (vidéo)

Dr Georges Bediang, Médecin Informaticien est l’un des rares que compte le Cameroun en ce moment.

Interviewé par la chaîne de télévision camerounaise Canal2 International, le Dr Bediang nous explique en quoi consiste ce métier et comment ce dernier peut aider à révolutionner la médecine dans un pays en développement comme le Cameroun afin d'améliorer le système de santé et la santé des populations.
Découvrez son interview dans la vidéo ci-contre.

Implémentation de la télé-échographie d’urgence (EFAST) au Cameroun (vidéo)

Dans le cadre de ses activités de développement de la télémédecine en Afrique, LE RAFT par l'entremise de sa représentation camerounaise vient de mettre en oeuvre un projet d’implémentation et d’évaluation de la télé-échographie d’urgence (EFAST) à l’Hôpital de District de Sa’a au Cameroun.
Ce projet propose une solution au diagnostic des épanchements liquidiens et des pneumothorax chez les patients ayant subi un traumatisme du thorax et/ ou de l'abdomen dans les hôpitaux ne disposant pas de radiologue et vise à:
-Implémenter une unité de télé-échographie d’urgence (FAST) pour la prise en charge des pathologies traumatiques (abdomen, thorax, pelvis) dans un Hôpital de District au Cameroun
- Evaluer la faisabilité d’un modèle de formation hybride associant des séances à distance et en présentiel « blended learning »
- Déterminer l’apport de la télé-échographie d’urgence dans la prise en charge des pathologies traumatiques dans un Hôpital de District au Cameroun.
- Evaluer la satisfaction des professionnels de la santé et des bénéficiaires

Pour l'atteinte de ces objectifs, les activités mises en oeuvre consistent en:
- Un déploiement du matériel requis pour cette activité (échographe, ordinateur, imprimante, connexion internet);
- Une formation théorique (basée sur le eLearning) et pratique des prestataires à l’échographie d'urgence (EFAST);
- Une formation des demandeurs (prestataires de soins de la formation sanitaire) et des experts (Radiologues) à l’utilisation de la plateforme de télémédecine du RAFT (Bogou);
- Une évaluation de cette formation et de l’apport de la télé-échographie sur la gestion des urgences traumatiques dans cette formation sanitaire.

Le documentaire (vidéo) ci-contre illustre en détails les enjeux dudit projet.

Formation des membres de l’Association française des hémophiles: projet AFATH

Dans le cadre du projet de l'Alliance franco-africaine pour le traitement de l'hémophilie (AFATH) et de l’établissement d’une collaboration entre le RAFT et l’Association française des hémophiles (AFH), un atelier de formation sur les outils de télé-enseignement et de télé-expertise a eu lieu le samedi 18 octobre au siège national de l'AFH à Paris.
L’objectif de l'AFATH est double :
- développer le diagnostic et le traitement de l'hémophilie par des formations adaptées réalisées in situ par des experts francophones européens et africains d'une part ;
- mobiliser et former les patients pour créer et/ou développer une association et leur permettre ainsi rapidement d'adhérer à la Fédération mondiale de l’hémophilie d'autre part.
Les premiers pays bénéficiaires du projet AFATH (sur appel à candidature) sont le Burkina Faso et Madagascar. En 2015, il est prévu également que deux autres pays n’ayant pas encore de plateau technique suffisant pour la prise en charge spécifique des hémophiles.
La collaboration entre les deux structures (RAFT-AFH) dans le cadre de ce projet AFATH vise à utiliser des outils web pour développer des activités d’enseignement, de télé-expertise et de soutien des professionnels de la santé et des patients dans le domaine des maladies hémorragiques rares, en particulier l’hémophilie.
Cette collaboration du RAFT sera une première car il s'agira d’intégrer et de faire participer aussi bien des professionnels de la santé et des patients pour une même cause. Il s'agira donc, d’une part de former et de soutenir les professionnels de la santé, et d’autre part de favoriser la mise en place et le soutien d’associations de patients hémophiles.
Nous espérons qu’au terme de ce projet, les pays concernés et membres du RAFT pourront relever le niveau de leur plateau technique, améliorer les connaissances et les compétences des professionnels de la santé de manière à prendre en charge efficacement les patients souffrant de l'hémophilie et enfin, éduquer les patients et mettre en place des réseaux de soutien au travers d'associations de patients.

Photo de famille des participants à l'atelier de formation
Photo de famille des participants à l'atelier de formation

La télé-ophtalmologie à l’épreuve du RAFT

Dans sa quête habituelle de solutions efficaces et efficientes pour résoudre les problèmes de santé auxquels font face les populations et les systèmes de santé des pays membres du réseau, le RAFT par les Drs Yannick Kamga et Georges Bediang ont conduit une étude de faisabilité de la télé-opthtalmologie. Cette étude visait évaluer la pertinence de l’intégration des activités de télé-opthalmologie (utilisation des ophtalmoscopes numériques et portables pour réaliser des fonds d’œil et discuter des cas cliniques difficiles via la plateforme de télé-expertise Bogou) dans les soins de santé primaires délivrés dans deux Hôpitaux de Districts pilotes (Ngoumou et Mbouda). Ces deux hôpitaux abritent déjà les projets de télé-échographie et de télé-cardiologie respectivement.

Opthalmoscope numérique
Opthalmoscope numérique

Réalisation d'un examen de fond d'oeil
Réalisation d'un examen de fond d'oeil

Fond d'oeil: image de la rétine
Fond d'oeil: image de la rétine

En discutant avec les différents professionnels au travers de focus groups et malgré quelques réticences observées au départ par certains professionnels, il est apparu pertinent que ces activités soient intégrées aux soins de santé primaires. Les différentes raisons évoquées par les participants étaient : le manque de spécialistes en ophtalmologie dans les centres de santé périphériques, l’amélioration de l’attractivité de ces centres périphériques et de la visibilité des hôpitaux de référence, la possibilité d’avoir des discussions entre ophtalmologues et de faire la recherche car les images sont archivées (les rétinoscopes classiques ne stockent pas d’image, l’interprétation est donc opérateur dépendant).

Focus group avec des ophtalmologues de l'Hôpital Central de Yaoundé
Focus group avec des ophtalmologues de l'Hôpital Central de Yaoundé

Suite à cet accueil favorable, des stratégies sont en train d’être mises en place pour favoriser l’implémentation de ce projet. Les enjeux principaux qui y sont liés sont : le leadership,  l’organisation de l’activité de télé-ophtalmologie et son intégration au sein des activités de routine dans les différentes structures de santé (hôpitaux périphériques et de référence), l’implémentation d’un business modèle, l’acquisition de connexions Internet, la formation des opérateurs au niveau périphérique, et enfin, l’évaluation du projet à termes.

En espérant une collaboration effective des différents acteurs interviewés, le souhait est de voir cette nouvelle activité prendre corps et ainsi contribuer à une meilleure santé de nos populations.