L’association Second Chance utilise Bogou

 

L'association Second Chance, qui développe la chirurgie reconstructive dans des pays défavorisés, vise au renforcement d’un enseignement Sud-Sud, à la réalisation d'interventions locales sans transfert des patients, au financement des interventions pour les indigents, et à l’utilisation d’outils de télémédecine.

Pour soutenir ces efforts en minimisant les coûts, Second Chance a choisi les outils du RAFT pour la formation à distance (Dudal) et pour le suivi des cas (Bogou). Ce dernier permet, d'une part, d'identifier les patients et de poser les indications opératoires, puis de permettre le suivi à long terme, ce qui est particulièrement important dans le domaine de la chirurgie reconstructive.

Gageons que cette collaboration sera fructueuse, dans cette logique gagnant-gagnant qui caractérise le réseau du RAFT !

Le Service de la Solidarité Internationale du Canton de Genève renouvelle son soutien au RAFT

logo_GeneveDe 2004 à 2011, le Service de la Solidarité Internationale a financé le développement du RAFT, particulièrement au Sénégal, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire, mais également plus largement en finançant des ateliers de formation et de coordination qui ont ensuite permis à d’autres pays de rejoindre le réseau, grâce à de nouveaux partenaires financiers, notamment au Mali, à Madagascar, au Niger, au Cameroun, au Tchad et au Congo-Brazzaville.

Plusieurs dizaines de collaborateurs animent au quotidien ce réseau Sud-Sud qui connecte des centaines de professionnels de santé, via Internet, avec des outils de télémédecine et de téléenseignement. Le projet accepté consiste, d’une part, à continuer d’étendre les activités du réseau, et d’autre part, à en évaluer l’impact sur les soins et le système de santé, et documenter le retour sur investissement.

Les trois pays cibles pour ces investissements sont la Côte d'Ivoire, la Guinée-Conakry, et Madagascar.